Booster l’efficacité du suivi des élèves

Booster l’efficacité du suivi des élèves avec un peu de méthode et des outils bien choisis

Premier épisode

Un des ingrédients secrets pour un bon accompagnement des élèves à besoins éducatifs particuliers dans les écoles réside très probablement dans la qualité du suivi que réalise l’équipe pédagogique de manière collaborative tout au long de la scolarité. Car un accueil de ce type prend souvent plusieurs mois, voire plusieurs années à se mettre en place et à s’ajuster.

Comme le préconisent les textes en vigueur, le conseil des maîtres du cycle se réunit régulièrement  pour le suivi des élèves en difficultés dans les apprentissages ou à besoins éducatifs particuliers. Bien souvent dans les écoles deux à trois conseils des maîtres du cycle y sont consacrés par an. Cependant, ces réunions génèrent quelques fois des frustrations dans les équipes car des informations importantes se perdent d’une année scolaire à l’autre, la communication ne se fait pas bien entre les partenaires ou des résolutions prises en réunion tombent dans les oubliettes de la liste interminable des choses à faire de chacun. Il en découle la sensation de répéter les mêmes choses d’un conseil à l’autre, de ne pas avancer comme ça le mériterait, de perdre du temps.

Or il existe des méthodologies de travail qui permettent de gagner en efficacité dans ce domaine. Le recours à certains outils facilite le suivi des élèves et la communication entre enseignants, il apporte une meilleure efficacité au travail du conseil des maîtres. En voici quelques-uns.

La feuille mémoire

La feuille mémoire ou feuille de suivi est un document complété pour chaque élève concerné, elle est conservée tout au long de la scolarisation de l’élève à l’école, elle permet de reconstituer la chronologie des actions menées  malgré les changements de l’équipe enseignante sur les années (congés, mouvement des maîtres, départs à la retraite).

On y indique en tête de page les informations principales de l’élève concerné : le nom et la date de naissance, personnellement j’aime y ajouter la date de début de scolarisation à l’école et la langue parlée à la maison car ce sont des informations qui ne changent pas et qui resituent quelquefois le contexte de l’accueil de l’élève.

Le corps de texte de la feuille mémoire est constitué d’une liste de paragraphes qui correspondent chacun à un événement lié au suivi et à l’accompagnement de l’élève. Ces paragraphes sont datés. On y décrit les actions menées par l’équipe pédagogique : demande de bilan orthophonique, rédaction d’une demande d’aide spécialisée, aide spécialisée, rencontre des parents ou autres partenaires, équipes éducatives etc. On y indique les conclusions des rencontres, les décisions prises.

La liste de tâches

On peut rédiger une liste de tâches par conseil de cycle. Elle consiste à mettre par écrit les résolutions que l’on a prises en concertation. Elle prend la forme d’un tableau sur lequel on répertorie les tâches que l’on s’est fixées. Sur chaque ligne on indique le sujet (nom de l’élève), la nature de la tâche (appeler l’orthophoniste ou le CMPP, rencontrer les parents, faire venir la psychologue, demander au maître E de venir observer l’élève …), une date butoir (sans cela certaines tâches restent perpétuellement inaccomplies), et le nom du responsable à qui est attribuée la tâche (même motif que pour la date butoir). On peut ensuite diffuser le document à tous les enseignants ou l’afficher en salle des maîtres.

Des dossiers de suivis.

Enfin, ces documents doivent être rangés, conservés et rester accessibles à toute l’équipe afin qu’ils soient consultables à tout moment. Il existe aujourd’hui des outils numériques très fonctionnels sur lesquels je reviendrai dans la suite de cet article dont les volets 2 et 3 paraîtront prochainement.

Eneko Jorajuria

Enseignant spécialisé

Urrugne

Auteur: Eneko Jorajuria

Partagé cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *